360 Views |  Like

Montre connectée : le nouveau membre fantôme

Les montres connectées continuent d’être critiquées pour leur manque d’utilité mais qu’en est-il vraiment quand on les utilise au quotidien ? Quels sont les mutations qu’elles entraînent dans nos usages et dans notre quotidien ?

Bien qu’elles n’apportent pas de nouvelles fonctionnalités majeures par rapport à un smartphone, elles changent cependant le rapport qu’on a avec celui-ci. Le smartphone reste au fond du sac quand on est au restaurant ou sur un coin de table quand on est dans une autre pièce sans pour autant avoir l’appréhension de manquer un appel ou une notification importante.

Bien que convaincue par les montres et bracelets connectés je dois avouer qu’ils provoquent chez l’Être humain quelques comportements étranges et parfois dangereux.

Quand on commence à porter ce genre de dispositif, en plus d’être toujours à jour grâce aux diverses notifications on suit aussi son nombre de pas quotidien, son rythme cardiaque, ses calories brûlées, etc. Le côté positif est que cela encourage les porteurs à bouger plus (cf étude My Santé Mobile). Par contre, un des aspect étrange est l’impression de faire des pas “pour rien” ressentie quand les utilisateurs ne portent pas leur bracelet. S’ils le ressentent c’est car ces informations ne seront pas comptabilisées dans les statistiques de la journée, cela va à l’encontre des objectifs (challenge personnel, de couple ou de groupe) qu’il s’est fixé.

Le plus intéressant des comportements – de mon point de vu – est le regard presque incontrôlé dirigé vers le poignet quand (on pense que) la montre vibre. Et le pire est quand en fait, la montre n’y est même pas. C’est alors un moment étrange quand des gens vous regarde et que vous, vous regardez un poignet nu… C’est à ce moment là que m’est venu cette idée de “membre fantôme”, ne pas l’avoir autour du poignet donne la sensation au (non) porteur qui lui manque quelque chose. La raison ? Le porteur ressent des feedback haptiques toute la journée pour une notification, un appel, un message, une alarme. C’est sa montre qui le réveil le matin en vibrant (ou en sonnant), c’est elle aussi qui lui rappelle ses prochains rendez-vous, elle est présente et intrusive, elle le rassure et le stress, elle fait (presque) partie de lui. D’après les réactions que j’ai pu avoir de porteurs de montres, il leur arrive bien souvent de penser que leur montre vibre alors qu’elle ne vibre pas et la sentir vibrer alors qu’elle n’est pas autour de leur poignet. Et quoi de plus étrange que de sentir son poignet vibrer alors qu’on est sous la douche et que la montre charge… dans une autre pièce !

Là où ce comportement est non plus juste étrange mais dangereux, c’est quand les possesseurs de montres conduisent. Il ne peuvent s’empêcher de tourner rapidement leur poignet pour vérifier en conduisant lorsque celle-ci vibre ou sonne. Ce réflexe presque incontrôlé du regard rapide qu’on jette à nos montres connectées est un nouveau comportement difficile à refréner et bien dangereux. Par ailleurs, d’après la loi le fait de détenir un appareil allumé doté d’un écran, placé dans son champ de vision au volant et “ne constituant pas une aide à la conduite” est une infraction. Mais qu’en est-il pour un regard rapide à sa montre connecté ? Si le fait de regarder l’heure sur sa montre classique n’est pas considéré comme une infraction, comment la loi va-t’elle muter pour sanctionner ce nouveau comportement ?

Les montres connectées sont de plus en plus portées et il est à parier que les mutations de nos comportements et de nos usages liés à ces nouveaux objets vont amener à des changements dans les lois et règles de vie. Reste à savoir comment et surtout quand.